Thésame
Thésame
  Notre offre
  Nos atouts
  Nos produits
  Equipe
Info en ligne
  Actualités
  Agenda
  Mécatronique
  Rechercher
Pratique
  Dossier
  Liens utiles
Nos partenaires
  Adhérents
Contact
  Nous joindre
  Plan d'accès
  Page d'accueil
Newsletter

s'abonner
se désabonner
Nb. de connexions
36262727
Thésame
Actualité
Mecatronique : L'industrie du futur a-t-elle un sens ?
    L’industrie du futur a-t-elle un sens ? Lors des derniers EMM2017, Didier Sépulcre, Président Artema - le syndicat des industriels de la mécatronique -, a remué les participant par un brillant réquisitoire pour l'industrie du futur... tout en assenant quelques vérités qui ne font pas toujours plaisir à entendre !
    
Didier Sépulcre exprime le nouveau contexte de l’innovation performante, ouverte et collaborative. Il s’agit toujours de mieux innover en optimisant les moyens employés en adoptant une approche collaborative et ouverte sur des écosystèmes pertinents pour l’innovation. L’intelligence et l’innovation supposent de mieux associer les hommes et les machines, d’impliquer tout le monde dans la démarche d’innovation à l’intérieur et à l’extérieur de l’entreprise et notamment les utilisateurs des produits.

La compétitivité et la compétition mondiale industrielle entre les pays, se fondent aussi sur des éléments structurels et relationnels. A ce titre, il propose l’exemple de la proximité géographique et relationnelle du côté de Stuttgart entre les concepteurs fabricants de machines-outils et autres équipements de production et les industriels utilisateurs de ces produits. Il faut se réapproprier la relation avec l’utilisateur des produits. Celui-ci peut se trouver à la source d’une innovation du fait d’un usage non conventionnel avec davantage de numérique. Le support numérique fait partie de l’offre aux clients et peut devenir un facteur de différenciation.
La nouvelle compétition mondiale et l’évolution vers davantage de numérique constituent une menace en provenance de nouveaux entrants. Ceux-ci peuvent capter la donnée en direct auprès du client ou de l’utilisateur et s’accaparer également des marges.

Il faut bien associer la production et toute la chaîne d’approvisionnement pour se montrer compétitif au niveau mondial.

Le numérique se met au service de l’innovation avec tous les outils de plateformes conçues pour mieux collaborer dans une entreprise étendue en multi sites. Au-delà du numérique, il propose de revoir l’organisation globale des entreprises avec un retour du couple grandes régions géographiques et le produit. Il cite l’exemple de Danone sur ce sujet.
Sur le plan des ressources humaines pour l’industrie du futur, Didier Sépulcre propose d’envisager une véritable gestion prévisionnelle des emplois et des compétences pour anticiper les impacts du numérique et des processus dans le cadre de l’usine du futur. Il s’agit toujours de s’adapter et de monter en compétence dans le nouveau monde de l’industrie du futur en s’y préparant.

La notion de leadership relationnel est évoquée. Il convient d’établir une relation privilégiée et constructive entre l’entreprise et son client avec un vrai partenariat qui dépasse le strict cadre client/fournisseur. La relation doit rester très au-dessus et donc à un niveau supérieur à la transaction entre le client et le fournisseur. Les applications numériques peuvent renforcer et faciliter ce mode relationnel et faire partie du modèle d’affaires pour générer de la valeur ajoutée.

Le management et le patron de l’usine du futur doit être un leader inclusif. Cela signifie que ce patron veille à ne laisser personne au bord de la route ou à l’écart dans cette évolution vers l’usine du futur.

L’industrie du futur ou l’usine du futur doit être une entreprise apprenante et inclusive dans un éco système. Didier Sépulcre, propose l’exemple de Safran dans l’aéronautique qui s’insère dans une filière et contribue fortement à sa dynamique de progrès et de croissance.
Une entreprise leader dans l’industrie du futur, peut être illustrée par l’exemple de Michelin. Elle transforme son mode de fonctionnement industriel en îlots par usines avec une organisation responsabilisante. Michelin transforme son métier de vente de pneumatiques en vente d’usage à valeur ajoutée de ses produits, c’est-à-dire des kilomètres d’utilisation des pneus en parfaite condition de fonctionnement. Michelin s’associe pour devenir un des leaders dans le domaine de la fabrication additive.

L’importance de la technologie se montre fondamentale dans l’industrie du futur. A ce titre, la réussite de l’Allemagne et son avance dans l’industrie 4 .0 s’explique en grande partie par la technologie et la puissance des entreprises comme Bosch et Siemens sur ces sujets.
En conclusion, Didier Sépulcre, rappelle la pertinence et le développement de la démarche mécatronique il y a plus d’une quinzaine d’années avec un excellent positionnement et des vues pertinentes et d’avant-garde. A ce propos, il mentionne le décloisonnement dans la conception et la production en mécatronique, le mode collaboratif fait partie de l’ADN de la mécatronique. La notion de services et de valeur d’usage a toujours été au cœur de l’approche mécatronique. La mise en réseaux des acteurs dans un écosystème a toujours été une force de la communauté de la mécatronique. Le travail en plateformes avec des métiers et des compétences différentes fait partie des bonnes pratiques de la mécatronique.
Didier Sépulcre évoque une évolution de la mécatronique vers une mécatronique 4.0 ou une mécatronique + ou du futur. L’appellation reste à définir. Il faut tendre vers une industrie du futur ouverte aux jeunes générations actuelles et à venir, avec toujours plus d’humain que de numérique au final. L’industrie du futur sera plus humaine que digitale ou numérique en définitive. Pour la France et l’alliance pour l’industrie du futur, les bonnes volontés et la structuration des acteurs est en place. Toutefois, il faut avancer plus vite car tout est une question de vitesse pour aller plus vite et à un niveau plus élevé dans la concurrence mondiale entre la France et ses principaux concurrents.

© Thésame 2017 - Tous droits réservés - Réalisation : Enigmatic