Réussir sa transformation numérique
en impliquant les équipes

novembre 16, 2018

A l’heure où tous les regards se tournent vers l’IA, l’IOT, les robots et autres machines intelligentes, plus que jamais l’humanité se pose la question : l’algorithme pour le meilleur ou pour le pire ? Super-puissant, il suscite la crainte comme l’espoir. Découvrons à travers de regards croisés entre le monde de l’entreprise et les laboratoires de recherche : « Comment donner un visage humain à la transition numérique ? ».

Comment le groupe Enedis favorise le lien social dans son organisation ?

Olivier Balcet – Ressources humaines et assistant sécurité

Enedis est une entreprise de service public, gestionnaire du réseau de distribution d’électricité qui développe, exploite, modernise le réseau électrique et gère les données associées. Indépendante des fournisseurs d’énergie chargés de la vente et de la gestion du contrat d’électricité, Enedis réalise les raccordements, le dépannage, le relevé des compteurs et toutes interventions technique. L’entreprise est organisée en 25 divisions régionales. Une problématique commune concerne l’irruption des emails. Ils prennent une place trop importante sans ne se donner ni le temps ni les moyens de gérer ces usages.

La société a décidé de mettre en place la démarche MasterMail®, une innovation sociale au service du droit à la déconnexion. Un droit à la connexion maîtrisée : le collaborateur peut définir des plages durant lesquelles il ne reçoit pas d’e-mail.

Plusieurs qualifications aux e-mails ont été identifiés au sein d’Enedis :

  • email non approprié : pourriel
  • email d’à côté : provenant du voisin d’à côté, qui pourrait venir en parler
  • e-mail parapluie : pour se protéger et non pour travailler ensemble

Les collaborateurs peuvent connaître le nombre d’e-mails envoyés et reçus.

Cette démarche a permis d’impliquer les dirigeants et les salariés par la constitution d’un comité de pilotage dédié afin de définir les objectifs et les outils qui permettront de mettre en œuvre ce droit à la déconnexion. « C’est avant tout une prise de conscience collective et une volonté de ne plus subir une situation où chaque messagerie est devenue un « open bar » à tous les excès, en terme de contenu, de fréquence et de nombres de messages reçus ». Cette démarche de prévention amène à s’interroger sur le besoin ou non d’envoyer un message.  Ce projet a d’abord concerné 50 personnes, puis 250 personnes. Aujourd’hui, Enedis envisage de le déployer auprès de 1000 personnes.

L’enjeu est de s’engager dans une démarche apprenante, qui remet en cause les comportements.

Comment Meanwhile met en place des solutions de robotique collaborative mobile

Sacha STOJANOVIC – Président 

L’entreprise met en place des solutions de robotique collaborative mobile. L’objectif : placer les robots au service de l’humain et non pas à la place de.
Par exemple, une infirmière, qui ne peut pas quitter son poste, bénéficie de l’assistance d’un robot. Elle lui commande le médicament dont elle a besoin et il lui amène (par géolocalisation et identification).

Pour favoriser l’adoption de cette démarche, un des enjeux est le design. Le robot ressemble-t-il à un robot humanisé ou à une machine ? Ce qui entraine le robot amène-t-il un service supplémentaire ou va-t-il prendre sa place ?

Valérie Rocchi – Laboratoire G-SCOP INP GRENOBLE

Dans les laboratoires en génie industriel, le robot collaboratif est un outil intéressant pour développer les compétences de l’opérateur.

Le laboratoire G-SCOP INP Grenoble a mené un projet de recherches portant sur 40 interviews. La motivation des équipes à accepter des nouveautés automatiques est réelle à partir du moment où elles sont impliquées dès la construction du projet. L’implication au démarrage est la clé de la réussite d’un projet de transformation. Il est nécessaire de poser un cadre pour faire participer les salariés.

La conduite du changement : facteur clé de succès d’une transformation réussie. Quelques points de repères :

  • S’assurer que le changement soit perçu et compris par tous.
  • Travailler sur le sens et rendre le projet « acceptable »,
  • Connaitre le regard que portent les collaborateurs sur leur propre travail,
  • Faire adhérer les collaborateurs

 

Les points de vigilance à traiter :

  • Éviter les promesses périlleuses, choisir un projet qui a toutes les chances de fonctionner. Sinon, relancer un nouveau projet serait mal reçu.
  • Mettre en place une nouveauté d’après les usages nécessaires à l’entreprise, et non pas pour répondre à une mode. La transformation digitale doit répondre à un besoin de l’entreprise.
  • Le rôle de la direction générale est central sur l’exemplarité et l’implication.

Ressource : Alerte sur la banquise de John Kotter

  • L’organisation du changement en favorisant si possible les choix individuels et le volontariat des salariés. La contamination positive fonctionne : si une solution fonctionne et est pertinente, les collaborateurs l’adoptent.

 

En synthèse, les questions à se poser avant de démarrer un projet de transformation numérique :

  • Pourquoi est-ce que je veux mener un projet de transformation digitale : quel est le sens et quelles sont mes motivations ?
  • Comment rester cohérent avec mes valeurs dans le déploiement de projets innovants ?
  • L’innovation est-elle acceptable socialement dans l’environnement ?
  • Quelle cohérence est à aligner avec la ligne hiérarchique ?
  • Comment impliquer mes équipes dès l’amont du projet ?
  • Comment respecter les choix individuels ?
  • Quel cadre mettre en place pour favoriser la qualité des relations ?
  • Comment mobiliser le discernement des collaborateurs dans la démarche ?
  • Comment mettre à profit ma démarche de transition numérique pour faire évoluer les compétences des collaborateurs ?

 

Sites référents qui accompagne les organisations à leur transition numérique

 

Ces retours d’expériences sont extraits de la table ronde organisée lors du salon progiciels 2018.

Partagez l’info sur vos réseaux !

Ces actualités pourraient également vous intéresser :

L’industrie du futur est totalement « has been »

L’usine du futur vous effraie ? Annibale, Edouard et Michel nous disaient déjà comment faire …en 1597. Et c’est extraordinaire !

Lire la suite

État des lieux sur la fabrication additive

Si vous vous interrogez sur la place de la Fabrication Additive (FA) dans l’industrie 4.0, la réponse est évidente : c’est un maillon important de l’industrie du futur. Reste à trouver des business models qui fonctionnent et à accompagner les équipes dans l’adaptation. Sur ce dernier point plusieurs solutions existent en France :

-L’AFPR, l’association française de prototypage rapide et de fabrication additive

-Une solution en e-learning pour la fabrication additive mise au point par Addup Academy

-et une journée d’information organisée par le CNIS-AFNET à Paris

Lire la suite
Touche Entrée pour lancer la recherche et Esc. pour fermer